Avis du Spécialiste,

Comment épargner pour votre projet immobilier ?

Avec Anthony Delapierre, adjoint au responsable du Cercle patrimonial chez Société Générale Nouvelle-Calédonie
1409

Vous avez un projet immobilier ? Qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire ou d’un investissement locatif, cela se prépare ! Au-delà du choix du bien idéal pour vous (maison ou appartement, neuf ou ancien, une pièce pour recevoir vos amis…), il est recommandé de penser assez tôt à votre financement pour commencer à épargner. En effet, votre apport personnel est déterminant dans la réalisation de votre projet. Il vous permettra d’obtenir plus facilement un prêt immobilier et des conditions de taux plus favorables. Évidemment, cet effort d’épargne devra être adapté à vos revenus et à votre objectif d’achat. Il ne sera pas non plus le même si vous êtes primo-accédant ou déjà propriétaire d’un ou de plusieurs biens.
Notre conseil : même s’il s’agit de petites sommes, vous pouvez épargner chaque mois via un virement automatique. Quand c’est possible, faites-le dès vos premiers salaires.

Quels placements pour anticiper votre achat immobilier ?

Les placements bancaires : pour réaliser votre projet à court moyen terme, les placements bancaires avec des taux garantis sont de bons alliés, notamment le compte sur livret, le Livret A, le Compte épargne logement (CEL) ou le Plan épargne logement (PEL). Pour en savoir plus sur ces placements prenez l’attache de votre conseiller bancaire.

Par ailleurs, accessible à tous les agents de la fonction publique et assimilés, le « dépôt solidarité Casden » est une épargne « projets » rétribuée en Points Casden. Ces points se cumulent et permettent de profiter de crédits immobiliers à taux réduits, un élément crucial dans le contexte actuel de remontée des taux. Les Points Casden peuvent être transférés aux descendants et ascendants du sociétaire afin de leur faire bénéficier de taux réduits pour un achat immobilier, même s’ils ne sont pas agents de la Fonction publique. Société Générale Nouvelle-Calédonie partenaire historique de la Casden saura vous conseiller au mieux pour préparer votre projet.

D’autres solutions d’épargne

Quand vous planifiez un projet d’épargne en vue d’un achat immobilier à moyen ou long terme (entre 5 et 8 ans), d’autres solutions d’épargne peuvent être envisagées en fonction de votre situation, de vos souhaits ou objectifs et de votre sensibilité au risque. Pour cela, votre conseiller procédera à l’évaluation de votre profil afin de vous livrer des propositions d’investissement adaptées à vos besoins et connaissances.

L’assurance vie

Véritable solution d’épargne à moyen long terme, l’assurance-vie permet d’accompagner le client dans la réalisation de tous ses projets tels que la préparation de la retraite, la constitution d’un patrimoine financier, la transmission d’un capital et un projet immobilier… Le tout dans un cadre fiscal avantageux. Elle permet d’adapter la constitution de l’épargne à la date de réalisation du projet tout en tenant compte de la situation et des besoins du client (montant et périodicité des versements au choix, allocation financière pouvant se sécuriser au fur et à mesure que l’échéance du projet approche…).

Prenez contact avec votre conseiller bancaire pour des solutions adaptées et bénéficiez des conseils sur les leviers placements/crédits.

L’assurance vie version « multi-supports »

Ce type de contrat, basé sur des unités de compte, permet de placer votre argent sur les marchés financiers et immobiliers. Les unités de compte présentent un potentiel de rendement plus élevé que les placements garantis, en contrepartie d’un risque de perte en capital dont vous devez tenir compte. Il est donc préférable de diversifier vos liquidités sur plusieurs supports d’investissement afin de ne pas exposer une grande partie de votre capital en vue d’un projet immobilier. Faire fructifier rapidement son capital est tentant, mais la patience a aussi ses vertus pour un projet aussi important qu’une acquisition immobilière ! Avant de mettre en place ces solutions d’investissement, rapprochez-vous de votre conseiller bancaire qui s’assurera que la solution envisagée est adaptée à votre situation et à votre profil de risque.

Combien faut-il épargner pour préparer un achat immobilier ?

La somme à épargner pour pouvoir financer l’achat de votre futur bien immobilier dépend bien sûr de votre capacité d’épargne, c’est-à-dire de la part de vos revenus qui reste une fois que vous avez payé toutes les dépenses indispensables pour votre vie courante (logement, alimentation, etc.). Le montant à « mettre de côté » variera en fonction de plusieurs paramètres selon votre projet. En effet, la localisation et la taille du bien que vous désirez acheter vont déterminer son prix d’achat et donc le montant du projet envisagé. Ce dernier sera augmenté des frais de notaire et d’éventuels travaux. Votre capacité d’emprunt étant la part maximum que vous pouvez envisager, il faudra alors calculer la différence entre celle-ci et le coût total du projet pour évaluer l’apport personnel nécessaire à la faisabilité de votre projet.

Un apport évolutif

Cet apport évolue dans le temps en fonction de votre capacité d’épargne et du potentiel rendement si celui-ci est placé. De même, la situation sera différente, si vous revendez un bien pour en acheter un autre plus cher. Dans ce cas, vous devriez disposer d’un apport constitué du produit de la vente du bien, diminué des sommes à rembourser, si vous aviez financé cette acquisition grâce au crédit immobilier. L’âge de l’emprunteur peut être pris en compte, tout comme la durée prévue de l’emprunt. En général, le financement sur fonds propres des frais, notamment des frais de notaire liés au projet, sera nécessaire et un apport additionnel sur le prix d’acquisition est apprécié par les banques.

Notre conseil : continuez à conserver une épargne de précaution pour faire face à une éventuelle baisse de revenus ou dépense imprévue.

Shares