Marché immobilier,

Marché de l’immobilier 2019

Des transactions en baisse

L’ISEE NC, la CCI-NC et l’Ordre des notaires ont analysé les transactions immobilières et le marché de l’immobilier pour 2019. Un marché qui arrive à maturité. 

Par Olivier Fagnot, directeur de l'ISEE
1780

« L’année 219 marque une accalmie sur le front des ventes immobilières après une décennie d’urbanisation forte dans le Grand Nouméa », précise Olivier Fagnot, directeur de l’ISEE.

Sur l’année, 2 340 transactions immobilières ont été conclues dont 1 986 liées à l’habitat (ventes d’appartements de villas et de terrains à bâtir), soit une baisse de 18 % par rapport à 2018. Le marché du neuf a été le plus touché. En 2019, il s’est vendu 140 logements neufs contre 414 en 2018. Le montant total des transactions a décliné d’un quart, passant de 72 milliards à 55 milliards de francs en 2019. La part des transactions effectuée par des lotisseurs passe, quant à elle, de 23 % en 2018 à 16 %. Il s’agit de la troisième année consécutive de baisse.

Les raisons de cette tendance : la fin de dispositifs locaux d’incitation fiscale en faveur du logement intermédiaire (Rili-2), une baisse de l’urbanisation, des critères plus restrictifs à la primo-accession (même si trois biens sur dix restent acquis par des primo-accédants), et un solde migratoire négatif de près de dix mille personnes.

Le marché immobilier à usage d’habitation reste dominé par les ventes d’appartements (42 % des transactions), suivi ses ventes de villas (39 %) et de terrains à bâtir ( 19 %). La baisse concerne tous les biens mais les appartements et les terrains sont les plus touchés (plus de 20 % sur un an). Pour les villas, la baisse est plus contenue (7 %).

Focus sur Nouméa et l’agglomération

Le marché reste concentré sur le Grand Nouméa même si des écarts se creusent entre la capital et les communes de l’agglomération.  En 2019, 1 717 biens ont été vendu dans le Grand Nouméa, soit 86 % de l’ensemble des transactions liées à l’habitat. Mais elles ont diminué de 22 %, soit 478 transactions de moins qu’en 2018, alors qu’elles progressent de 13% sur le reste du territoire, soit 30 transactions de plus. La chute du volume des transactions touche dans des proportions similaires Nouméa (- 24 %), Païta ( – 22 %), et Dumbéa ( – 25 %) alors qu’elle est plus contenue au Mont-Dore ( – 6 %).

Sur l’agglomération, les ventes d’appartements baissent de plus d’un quart, notamment à Nouméa qui capte encore huit ventes sur dix. Les transactions de maisons diminuent de 9 %. Globalement, les écarts de prix moyens constatés sur les ventes de maisons se creusent entre Nouméa et le Grand Nouméa. Les maisons de Dumbéa, Paita et Mont-Dore se sont vendues en moyenne de 38 % moins chères qu’à Nouméa. En 2018, l’écart était de 30 %.

Les prix diminuent entre 2018 et 2019 en fonction du nombre de pièces de maisons. Une baisse de 5 % sur l’agglomération pour des biens de moins de 4 pièces et de 9 % pour des biens de taille supérieure.

Concernant les terrains à bâtir, il s’en est vendu 275, presque exclusivement à Dumbéa et Païta. Sur l’agglomération, le prix moyen à l’are et la superficie des terrains vendus ont diminué respectivement de 10 % et 40 %.

Légende photo : Olivier Fagnot, directeur de l’ISEE, lors de la présentation du bilan immobilier 2019. Crédit Rectiligne.

Shares
Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et sa sécurité. En cliquant sur Accepter, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Plus d'informations. Accepter