L’assurance de prêt immobilier, comment ça marche ?

340

Si vous sollicitez un crédit immobilier, il vous sera sans doute imposé de vous assurer contre les risques de décès, d’invalidité et d’incapacité de travail. Des événements graves de la vie qui ont un impact sur le remboursement d’un prêt. 

Sachez qu’assurer votre prêt immobilier n’est pas une obligation. Néanmoins, une assurance sera, dans la plupart des cas, exigée par votre établissement prêteur, en particulier en ce qui concerne les risques liés au décès et à l’invalidité. En clair, sans assurance, pas d’argent ! Et pour cause : un accident de la vie peut survenir n’importe quand et la banque a besoin d’être certaine de rentrer dans ses fonds.  L’assurance de prêt immobilier, que l’on appelle aussi assurance emprunteur, va ainsi garantir pendant toute la durée du crédit le remboursement partiel ou total du prêt en cas d’événements graves. C’est une sécurité pour l’emprunteur et pour sa famille. « Honnêtement, le jour où j’ai entamé les démarches pour mon prêt immobilier, je ne connaissais rien aux règles du jeu, raconte Laurine, engage dans un prêt sur 25 ans auprès d’une banque calédonienne. Mais on m’a rapidement expliqué l’intérêt de l’assurance. Qui peut dire que la maladie, l’accident ou le handicap ne viendra pas un jour bouleverser sa vie… ? Je ne voulais pas que mon crédit soit un jour un poids pour mon mari ou pour mes enfants. » Vous avez toutefois le choix de contracter cette assurance auprès de votre organisme prêteur ou dans un autre établissement. La seule exigence est de justifier du même niveau de garantie que celui proposé par l’établissement financeur.  

Que couvre l’assurance ?

Quel que soit le reste du contrat, l’assurance emprunteur comprend toujours une garantie décès. Elle permet ainsi, en cas de décès pour des causes couvertes par l’assurance, de rembourser le reste de l’emprunt. Les ayants-droits du défunt ou de la défunte sont déchargés de toute obligation de remboursement et le bien immobilier poursuit son chemin normalement et entre dans le patrimoine de la succession. Le plus souvent, l’assureur rembourse aussi le capital en cas de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). La garantie invalidité est également prise en compte et, selon votre contrat, l’assureur prend en charge tout ou partie des mensualités qu’il reste encore à payer. Enfin, une garantie perte d’emploi est parfois accordée pour couvrir le risque d’un licenciement.

Questionnaire médical

Avant de contracter cette assurance, vous allez devoir répondre à un questionnaire médical, voire réaliser des examens médicaux. L’assureur va étudier le questionnaire afin d’en évaluer les risques et de calculer les garanties sur lesquelles il s’engagera. Quels risques ? Quelles conditions ? Quelles exclusions ? Quelle cotisation mensuelle ? Quel délai de carence ? Le fait de fumer, d’être en surpoids ou d’exercer un sport à risque par exemple fera varier tout cela. Et surtout répondez à l’assurance en toute bonne foi : une fausse déclaration peut avoir pour conséquence l’annulation des garanties.

IMMOCAL N° 174 JUILLET 2020 Rédactionnel Agence Rectiligne

Retour à la liste des articles
Shares
Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et sa sécurité. En cliquant sur Accepter, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Plus d'informations. Accepter